Actualité

Jugement de sous traitants pour le vol de 40 tonnes de métaux

13Vues

Cinq accusés du nom de René, Maurice, Olivier, Gaëtan et Frank ont été jugés pour le vol de 40 tonnes de métaux. Pour leur défense, les prévenus ont soutenu qu’il s’agissait de métaux qui devaient être jetés. Ils ont eu à répondre des faits de vol devant la barre du tribunal correctionnel d’Aix.

Le vol des métaux facilités par un complice

La bande qui a commis le vol des métaux était composée de sous traitants dont la tranche d’âge variait entre 31 et 54 ans. Ces derniers n’ont pas pu commettre le vol seuls. Ils ont en effet été aidés par un complice du nom de Robert, et qui est âgé de 61 ans. Ce dernier devait se charger des travaux de manutention à Marseille qui devaient être accomplis sur le site.

C’est après l’arrestation de la bande des cinq premiers que Robert a été interpellé. Il a été accusé de complicité, les 40 tonnes de métaux ayant été stockées pendant un moment sans aucune trace. Ces métaux avaient ensuite été vendus à une entreprise qui se chargeait de la récupération de ces matériaux.

Des matériaux destinés à être jetés

Les prévenus s’exerçaient sur le site du CEA Cadarache. Un lieu où il y a un bon nombre de sous-traitants qui y travaillent. Après le constat du vol, bon nombre d’entre eux ont été interpellés. Les prévenus ont alors reconnu les faits, tout en précisant que ces métaux étaient destinés à être jetés.

Pour sa défense, Frank, qui est accusé du vol de deux tonnes de cuivre, affirme que dans la majeure partie des cas, l’inox n’est pas réutilisé, mais va directement à la déchetterie. De son côté, Gaëtan affirme avoir seulement entendu les métaux qui chutaient dans la benne. Ce qui fait qu’il a cru que ces métaux étaient destinés à la poubelle.

Des objets inattendus retrouvés par les gendarmes

La présidente au cours du procès a souligné que les métaux étaient mis dans des bennes à déchets pour être évacués plus facilement. Ce ne sont pas que des métaux qui ont été retrouvés par les gendarmes. Des pièces en zircaloy ont été découvertes dans des caisses. Ce qui a le plus fait tomber la bande, c’est que les pièces en métaux ne se sont pas retrouvées à la déchetterie ou sur un site spécialisé.

C’est sur le balcon de René que tout a été retrouvé. Pour sa défense, ce dernier a affirmé qu’il ignorait le contenu de ces caisses. Le procureur a requis une peine de 6 à 9 mois de prison à l’encontre des accusés, alors que les avocats plaidaient pour la relaxe de leurs clients.

Show Buttons
Hide Buttons