Breathwork : un puissant outil de bien-être

Breathwork : un puissant outil de bien-être

L’OMS définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Pour atteindre cet état, plusieurs outils ou moyens ont été développés par les hommes à l’instar du breathwork. Il s’agit d’une technique concrète dont la pratique vous aide à retrouver une santé physique et mentale exceptionnelle. Lisez !

L’origine du breathwork

La technique de respiration breathwork est née aux États-Unis au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Littéralement désignée comme le contrôle de la respiration, elle était développée sous une autre forme par le peuple hindou et connue sous l’appellation de Pranayama.

A lire aussi : Comment guérir d'un érysipèle ?

En vrai, c’est le psychiatre Stanislav Grov qui a développé le breathwork à partir de l’association de la musique à la respiration yoguique. Cela lui a permis de soulager les peines des individus souffrant de maladies relevant de la consommation de la drogue. La France doit l’arrivée cette technique à l’américaine Susan Oubari. Jusqu’à présent, elle demeure la pionnière sur toute l’étendue du territoire français.

Un principe phare du breathwork retient l’attention de tout le monde. En effet, selon ce mode d’exploration de la conscience, tous les hommes évoluent dans leur vie à un niveau plus bas que leur capacité, parce qu’ils ne s’identifient qu’à leur égo. Cela suppose que pour atteindre un niveau de vie élevé, il faut impérativement élever votre niveau de conscience. Pour cela, vous avez besoin de vous abonner aux séjours breathwork.

A découvrir également : Et si Zika disparaissait dans 2 ans ?

La pratique de la respiration holotropique lors d’un séjour breathwork

Après votre souscription et le paiement des frais nécessaires, vous bénéficierez de séances collectives ou individuelles. Tout compte fait, que ce soit en groupe ou non, l’expérience est avant tout individuelle. Seulement, le travail en groupe stimule et motive beaucoup plus que le travail en solo.

La séance est réalisée sur fond de musique judicieusement choisie pour faciliter la méditation et la relaxation. Si vous êtes nombreux, l’encadreur sépare le groupe en deux après avoir expliqué de long en large le déroulement de la séance. Le premier groupe constitue les respirants et le second, les accompagnateurs. Les rôles sont intervertis après une première séance.

Si vous n’avez jamais fait une séance de breathwork, préparez-vous à vivre un moment véritablement intense. Ce n’est qu’après cette étape que vos représentations mentales peuvent petit à petit devenir plus calmes. Immédiatement après cela s’ensuit un exercice de dessin au cours duquel chaque partenaire réalise une image des sensations vécues. Enfin, une partie d’échange verbale a lieu entre les partenaires pour faciliter l’intégration. Notez bien que tout ceci ne saurait être possible que dans un cadre totalement calme.

Quelques indications pour devenir un praticien

La formation à suivre pour devenir un praticien du breathwork n’est donnée que par Stanislav Grof. Elle est composée de :

  • 150 heures d’expérience personnelle en atelier avec un praticien certifié ;
  • 10 heures de consultation individuelle avec un praticien certifié ;
  • la participation à 7 ateliers thématiques en psychopathologies, pouvoir de l’intuition, spiritualité et dépendance… ;
  • une semaine intensive de 2 semaines à la fin de la formation.

De ce qui suit, il convient de retenir que le breathwork vous permet de respirer correctement et d’atteindre le bien-être espéré. Quel que soit votre état, vous pouvez la pratiquer et si possible en devenir un praticien certifié.

Offrez-vous un séjour de breathwork

Respirer, tout simplement, pour accéder à un mieux-être, voilà ce que propose le breathwork depuis plus de soixante-dix de l’autre côté de l’Atlantique, mais pas seulement, parce que désormais on le pratique à travers tout le monde occidentale, en particulier ici, en France. Il est même possible de devenir praticien, afin de faire partager au plus grand nombre ces techniques qui permettent, simplement en apprenant à utiliser son souffle, de tendre vers un équilibre intérieur plus permanent. Il faut dire que, même si nous vivons pour beaucoup à l’abri du besoin, nombreux sont les Français qui ne se sentent pas toujours bien. Les sources de soucis sont nombreuses, et les préoccupations importantes, à une époque où la pandémie fait encore rage et menace la santé de tant de personnes. De même, on voit le climat se réchauffer et on ne sait pas à quoi s’attendre pour l’avenir, alors il y a de nombreux doutes qui planent au-dessus de nous en permanence.  Bien sûr nous jouissons d’un certain confort de vie, dans nos sociétés occidentales industrialisées, mais c’est peut-être aussi pour cela que nous sommes très conscients de ce qui ne va pas autour de nous.

Le bien-être par le breathwork

Le bien-être, tout le monde en rêve, surtout ceux qui sont sans cesse stressés par quelque chose et qui, chaque jour, auraient bien besoin qu’on leur donne des clés pour qu’ils se sentent mieux, dans leurs corps comme dans leurs têtes. En visitant le site https://www.alexya.fr on découvre le breathwork, cette technique basée sur la respiration. Inspirée d’autres pratiques ancestrales, elle est née durant le vingtième siècle et, depuis, n’a cessé de connaître de nouveaux adeptes, tant les résultats des séances de breathwork ont donné de bons résultats. Il est logique que les personnes qui ont appris à le pratiquer aient eu envie d’en parler aux autres, que ce soient leurs amis, leurs proches, leurs frères et soeurs… Ainsi cet effet « boule de neige » a apporté le breathwork jusqu’à nous, en Europe. Il s’est donc imposé comme une pratique facile d’accès, que tout le monde peut apprendre, sans aucune difficulté.

Au fil des dernières décennies, on a vu beaucoup de gens avoir recours aux solutions médicamenteuses, quand elles n’allaient pas bien et voulaient trouver une solution facile à leurs sensations de mal-être. Heureusement la société française évolue et l’on n’hésite plus, désormais, à se tourner vers le yoga, le qi gong ou encore le breathwork qui offrent des alternatives à la fois plus saines et résolument plus efficaces sur le long terme. En effet une fois que l’on a réalisé un séjour dédié au breathwork, avec des spécialistes de ces techniques de respiration, on a appris pour de bon à maîtriser son souffle, à pratiquer tout seul, chez soi, au moment où le calme revient dans la maisonnée, parce que les enfants sont nourris, lavés et sont déjà dans les bras de Morphée.

Se détendre enfin grâce au breathwork

Là, on peut reprendre ce que l’on a appris pendant son séjour de breathwork, tranquillement, en tâchant de se souvenir de ce que le praticien nous a enseigné, quand on était en groupe, autour de lui, concentrés pour faire siennes les techniques de respiration du breathwork qui ont permis à chacune et chacun de prendre le contrôle de son souffle, graduellement, en sentant comme cela fait du bien. Dès lors on n’a besoin de rien d’autre, pour se détendre, pour apaiser son esprit, qui est encore en proie avec tout ce que l’on a vécu dans la journée. Petit à petit, on sent que l’on se détend, que le corps se relâche et que l’esprit s’élève. A partir de là, c’est tout le corps qui va mieux, qui semble plus léger. 

Le bien-être que l’on ressent dans ces moments-là est bénéfique le soir même, parce que l’on s’endort mieux, mais il l’est encore le lendemain, quand on se réveille après une bonne nuit bien saine, pleine d’un repos profond, dû à la relaxation que l’on a offert à tous ses muscles, juste avant de fermer les yeux et de sombrer dans un sommeil qui, cette fois, est véritablement reposant, pleinement. Ensuite, c’est en pratiquant régulièrement le breathwork que cela a un impact durable.