Parents

Devenir parent en France n’est plus une priorité

30Vues

On s’attend naturellement à ce qu’un couple de jeune pense à faire des enfants quelque temps après le mariage. Cependant, tout le monde ne voit pas les choses de cette façon, il y en a qui mettent en priorité leur carrière et d’autres qui n’ont juste pas envie d’avoir des enfants. Bien que ces cas de figure ne soient pas très répandus, leur existence est indéniable. D’ailleurs, un bilan réalisé par l’Insee en France montre que le taux de natalité est en baisse, pour la seconde année de suite. Le bilan a été divulgué mardi 17 janvier et on pourrait dire que les chiffres sont assez révélateurs.

Les causes de la chute

Selon les sondages effectués par l’Insee, la tranche d’âge comprise entre 25 et 29 ans est celle qui fait le moins d’enfant depuis ces deux dernières années. Une situation plutôt curieuse si on considère le fait que les jeunes femmes sont naturellement plus promptes à faire des enfants que celles d’une autre tranche d’âge. En fait, ce sont les femmes en dessous de la trentaine qui font baisser l’indice de fécondité en France étant donné que celles de plus de 30 ans continuent de faire des enfants au rythme habituel.

En outre, conformément aux explications apportées par l’Institut National de la Statistique et de l’Étude Économique, un facteur historique devrait être considéré. En effet, les femmes nées entre 1945 et 1975 contribuent à faire chuter les chiffres vu qu’elles ne sont plus à même de faire des enfants. Cette réalité seule pèse donc suffisamment sur la balance pour faire dégringoler les chiffres. Quoi qu’il en soit, le fait est que depuis deux années, le taux de fécondité a sérieusement baissé en France. C’est à se questionner sur les conséquences d’une telle tendance.

Des explications supplémentaires

Plusieurs éventualités sont plausibles concernant la chute du taux de fécondité en France. D’après l’Insee, on pourrait également considérer des motivations d’ordre politique. Bien que celles-ci puissent être indirectes, les arguments de nature politico-sociales peuvent avoir joué dans les statistiques actuelles. Une perte de confiance dans la politique familiale aurait pu occasionner la chute du taux de natalité. Les foyers estimeraient que la politique familiale en ce moment ne serait pas tout à fait à l’avantage de tous. Par conséquent, beaucoup s’abstiennent de faire des enfants de peur que ceux-ci ne soient socialement défavorisés. En clair, 70% de la population française affirme ne pas avoir confiance en la stabilité de la politique familiale.

Show Buttons
Hide Buttons