Actualité

La France doit importer certains matériels BTP

2Vues

On note de plus en plus une hausse de l’activité du BTP qui fait pourtant enflammer les importations et qui creuse en même temps le déficit de la balance commerciale. Il faut savoir que le nombre de fabricants de matériels BTP a beaucoup diminué dans l’Hexagone. Il devient donc indispensable pour la France de se procurer de nouveaux matériels BTP. L’importation semble être la meilleure option, même si les conséquences ne sont pas vraiment positives pour les fabricants français.

Conséquences de la hausse de l’activité du BTP

L’activité du BTP connaît actuellement une réelle hausse, c’est un fait. Mais cette situation n’est pas sans conséquence. En réalité, elle a un revers. Elle entraîne la dégradation immédiate de l’activité commerciale française. Le nombre de fabricants a considérablement diminué, surtout dans l’Hexagone. Désormais, il peut être difficile de trouver sur ETS Nora toutes les machines BTP dont on a besoin. D’ailleurs, il ne reste désormais plus en Europe que le fabricant de tunneliers allemand Herrenknecht qui se trouve actuellement en situation de monopole. Il devient donc indispensable pour la France d’aller importer certains matériels BTP.

Même les fabricants de foreuses et de fraises se font particulièrement rares en France. Malgré tout, le président du syndicat des fabricants français d’équipements pour la construction, les infrastructures et la manutention tient tout de même à rappeler que la France continue de disposer de très belles ETI, lesquelles font d’ailleurs partie des leaders mondiaux. Cette désindustrialisation à laquelle on assiste ne s’est nullement accentuée ces récentes années.

Une balance commerciale de plus en plus négative

Le fait d’importer certains matériels BTP a véritablement contribué à ce que la balance commerciale s’enfonce davantage dans la négativité, même si c’est une situation qu’on ne pouvait pas éviter. L’année précédente, les importations de matériel BTP se sont envolées de 15 % à 2,3 milliards d’euros. Le pire, c’est que d’autres secteurs sont également touchés. C’est le cas par exemple avec les matériels de manutention. On note une augmentation incroyable des importations, alors qu’avec la production tricolore, la situation est au plus mal. En 2018, les ventes concernant le spectre de matériels du CISMA se sont soldées à 8,6 % par une hausse des ventes des fabricants français. Les importations s’estimaient quant à elles à plus de 13,2 %. Le déficit de la balance commerciale avoisine les 1,1 milliard d’euros.

Il est donc clair que si les importations semblent indispensables pour préserver le secteur du bâtiment, il n’en reste pas moins que les conséquences se font bien ressentir pour les fabricants français

Show Buttons
Hide Buttons